Appel à un rassemblement national du CNRR

Le pont citoyen a décidé de publier le texte suivant a titre d’information .
Mais pour l’instant l’association le pont citoyen n’a pas entamée de réflexion sur cet appel.

Aéroports de Paris : le plan de baisse des salaires de la direction du groupe qui, au même moment, rachète des sociétés à l’étranger, a provoqué une explosion de colère chez les salariés. Des assemblées générales, des manifestations, dont plusieurs spontanées et venues d’en bas, ont eu lieu ces derniers jours, poussant l’ensemble des syndicats de l’entreprise à appeler à la grève.
Un exemple qui fait écho aux conflits de plus en plus nombreux qui se multiplient depuis plusieurs semaines dans quantité de secteurs, dans la santé, chez les personnels territoriaux, dans de nombreuses branches du privé…
C’est la volonté acharnée de la classe ouvrière de résister aux plans du gouvernement et des patrons pour baisser le coût du travail, déréglementer tous azimuts. Une résistance que le gouvernement a tout fait pour museler et « confiner » avec toutes les restrictions et les mesures liberticides de son état d’urgence soi-disant « sanitaire », mais qui surgit dans des conflits pour l’instant localisés, malgré la frilosité des sommets du mouvement ouvrier pour l’instant manifestement peu disposées à l’appuyer.
Au même moment, les élections régionales dont le premier tour avait lieu ce week-end, ont été marquées par une abstention historique. Deux électeurs sur trois ne sont pas allés voter. La majorité présidentielle est éliminée dès le premier tour dans plusieurs régions. En réalité, tous les partis sont touchés par cette énorme abstention qui prolonge et approfondit le « dégagisme » à l’œuvre depuis 2017.
Une situation qui ne peut qu’amplifier la crise qui se développe au plus haut niveau de l’État. Après la censure d’une partie importante de la loi sécurité globale par le conseil constitutionnel, le conseil d’État vient de retoquer plusieurs dispositions du schéma national de maintien de l’ordre du ministre de l’intérieur.
Une crise politique disloquant le régime, les institutions, alimentée par Macron lui-même, qui entend coûte que coûte poursuivre sa politique destructrice au compte du capital financier et qui dans cet objectif cherche à tout concentrer entre ses mains, et gouverne à coups de mesures d’exception. C’est dans ce contexte que le 19 mai dernier a eu lieu une manifestation organisée devant l’assemblée nationale par tous les syndicats de police pour obtenir des mesures « à leur main ». Une manifestation rejointe et soutenue par le ministre de l’Intérieur, par tous les partis représentés au parlement (à l’exception de LFI, qui s’est catégoriquement refusée à y mettre les pieds), et par des dirigeants syndicaux.

D’un côté, une résistance tenace, qui ne se dément pas et qui s’approfondit dans la classe ouvrière et la jeunesse. De l’autre, la volonté affirmée de Macron de mener à bien le basculement de société, la destruction des conquêtes sociales et démocratiques qu’exige le capital financier ; une politique qui peut, à tout moment, ouvrir sur les scénarios les plus inquiétants, les aventures les plus dangereuses.

Tous ces différents aspects de la situation indiquent que ces processus ne peuvent que s’accentuer dans la période qui est ouverte.

Dans ce contexte, il est important de pouvoir rassembler la large force qui se regroupe dans le cadre des CRR, réunir tous les éléments de résistance.
Pendant plus d’un an, les CRR ont regroupé des travailleurs, des militants, des élus, des Gilets jaunes campant sur un terrain d’indépendance, à l’opposé de toute adaptation à Macron, à sa politique, à son confinement, à son état d’urgence. Ils sont en ce moment même insérés dans les batailles en cours pour aider la lutte de classe, à son surgissement, l’aider à lever et à submerger les obstacles.

Compte tenu de la situation, la délégation permanente soumet à tous les comités locaux les propositions suivantes :
• Organiser un grand rassemblement national du CNRR à l’automne prochain pour réunir à Paris des milliers de travailleurs, de jeunes, de militants d’origines diverses.
• Afin de rassembler tous les éléments de combat, aider les processus de résistance en cours, les relier, et ainsi se préparer dès maintenant à « ce qui monte » : réunir le 3 juillet prochain à Paris (11h-15h) la délégation permanente élargie à tous les délégués des comités locaux qui peuvent y participer.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.